Politiques et gouvernance

Le Conseil national des médias du Canada est constitué en vertu de la Loi canadienne sur les corporations sans but lucratif.

Le Conseil a été formé à la suite d’une alliance des anciens conseils de presse de l’Ontario, de la Colombie-Britannique et des provinces de l’Atlantique le 1er septembre 2015. Inspirés par Journaux canadiens et par bon nombre de rédacteurs en chef et d’éditeurs, les conseils ont participé à une discussion de deux ans qui a mené à cette fusion.  La rencontre inaugurale du Conseil d’administration a eu lieu à Toronto, en Ontario, le 2 décembre 2015.

Ses membres fondateurs étaient des organismes de presse écrite appartenant à l’un des trois conseils de presse qui se sont unis pour former l’organisme national, les quotidiens et les publications régionales travaillant avec Journaux canadiens, ainsi que plusieurs magazines et d’autres organes de presse en ligne.

Il a été déterminé que les médias d’information, toutes plateformes confondues, pourraient y adhérer, puisque le Conseil a pour but de refléter l’évolution et le dynamisme de l’industrie des médias d’information et l’évolution du lectorat.

Au départ, la haute direction du Conseil regroupait Frances Lankin, ancienne présidente du Conseil de presse de l’Ontario, Miller Ayre, ancien président de l’Atlantic Press Council, et Shelley Chrest, ancienne présidente du B.C. Press Council. Mme Lankin a été nommée présidente du Conseil, et John Fraser président-directeur général.

Le Conseil est actuellement formé de 17 administrateurs, dont neuf sont choisis parmi le public (les « administrateurs publics ») et huit sont choisis parmi les médias qui appuient le Conseil (les « administrateurs professionnels »). Le président du Conseil est toujours choisi parmi les administrateurs publics. Les administrateurs du Conseil ne votent pas et n’agissent pas à titre de représentants des médias d’information.

Des conseils de presse existent au Canada depuis plus de 40 ans et ont pour tâche d’examiner les préoccupations du public au sujet de la déontologie et des pratiques des journalistes qui travaillent dans les provinces.

Au fil des ans, les recommandations de réglementation obligatoire et de surveillance fédérale ont été rejetées au profit d’une approche volontaire et autoréglementée visant à assurer l’éthique et la liberté des médias.

Pour télécharger une copie du règlement administratif et des politiques de gouvernance du CNMC, approuvés par le conseil d’administration lors de notre réunion du 22 septembre 2016, veuillez cliquer ici.